spacer
     
spacer
spacer
spacer
image
spacer
image
spacer
spacer

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/clients/347842de6f4ffbbcb8b9808503c770de/web/_includes/banners.php:138) in /home/clients/347842de6f4ffbbcb8b9808503c770de/web/newsfile.php on line 117
03 février 2015 - 06:42:51 spacer  
Le grand blond avec un Magritte d’honneur
image
spacer
spacer
Dix-neuf des Magritte qui seront remis lors de la 5e Cérémonie des Magritte du Cinéma, organisée le 7 février au Square sont le résultat d’un vote électronique et secret auquel participent tous les professionnels du cinéma belge, membres de l’Académie André Delvaux.
Seules deux récompenses échappent à cette procédure.

D’abord, le Magritte du Premier film qui est désigné par un vote du public. Ensuite, le Magritte d’honneur.

Chaque année, le Conseil d’Administration de l’Académie André Delvaux attribue à une personnalité du cinéma belge ou international un Magritte d’honneur. L’ambition est de lui rendre hommage pour son apport précieux à l’histoire du 7e art.

André Delvaux fut le premier à recevoir cette récompense, à titre posthume. Nathalie Baye, Costa-Gavras et Emir Kusturica lui succédèrent.

Cette année, l’Académie a choisi de mettre en évidence un des plus grands acteurs comiques toujours vivants, véritable icône pour tous ceux qui ont été baignés par le cinéma français des années 70 et 80.
Tour à tour Le Grand Blond, François Perrin ou François Pignon, il incarne la fragilité maladroite, la bonhomie distraite. Il est le loser magnifique, l’antihéros parfait.
spacer
Très tôt attiré par la scène, Pierre Richard (vous l’aviez reconnu, non?) débute sous la direction d’Antoine Boursiller, en jouant des œuvres de Mrozek, participe à un spectacle Baudelaire, et crée deux pièces au Théâtre La Bruyère.


image



Mais s’il maîtrise les textes des autres, il a également envie de se sentir plus libre : le cabaret sera sa nouvelle maison. À Paris, on le voit dans les boîtes du Quartier Latin, à L’Écluse, à la Galerie 55. À Bobino, il fait la première partie du récital de George Brassens. Il n’y chantera pas, mais y jouera des sketches qu’il a écrits avec son ami Victor Lanoux.

La télévision est alors en plein développement et Pierre Richard participe aussi à des émissions de variétés.

C’est Yves Robert qui sera le premier metteur en scène de cinéma à le remarquer : il lui confie le rôle d’un paysan parachutiste quelque peu dérangé dans Alexandre le bienheureux. Puis Pierre Richard tourne La Coqueluche de Christian Paul Arrighi.


image


La pompe est amorcée. La carrière du comédien débute en fanfare. Il retrouve ainsi Yves Robert dans Le grand blond avec une chaussure noire, Le retour du grand blond et Le jumeau.

Des titres qui font tilt? Normal ! La filmographie de Pierre Richard incarne un pan complet du meilleur de la comédie francophone.

La moutarde me monte au nez, La course à l’échalote, Les rois du gag de Claude Zidi

Le jouet qui marque sa rencontre décisive avec Francis Veber avec qui lui il tournera encore La chèvre, Les compères et Les fugitifs.

La carapate et Le coup du parapluie de Gérard Oury.

Mais aussi, plus tard, Un chien dans un jeu de quilles, À gauche en sortant de l’ascenseur, Mangeclous ou Vieille canaille…


Pierre Richard n’est bien sûr pas qu’un hilarant acteur lunaire.

Poussé par Yves Robert en personne, il s’est très tôt laissé tenter par la mise en scène et a enchaîné les succès durant toutes les années 70 : Le distrait, Les malheurs d’Alfred, Je sais rien, mais je dirai tout, Je suis timide mais je me soigne, C’est pas moi, c’est lui
Bien sûr, il menait la danse dans tous ses longs métrages.


image


Après les années 80 où il délaisse la réalisation, il reviendra derrière la caméra dans les années 90 pour deux films fort différents : On peut toujours rêver et Droit dans le mur.


Valenciennois d’origine, Pierre Richard, n’entretient pas qu’un rapport de proximité géographique avec la Belgique.


image


Il a joué dans La partie d’échec d’Yves Hanchar (1994) et naturellement, plus près de nous dans Les âmes de papier de Vincent Lannoo où il incarnait le voisin foutraque et enthousiaste, ami et confident, de Stéphane Guillon.

Un rôle magnifique où il alternait les scènes drôles et d’autres, chargées d’une déchirante émotion. Le chic du chic étant de passer d’un sentiment à l’autre en un clignement de cil.

L’apanage des plus grands.
spacer
spacer
spacer spacer
spacer  spacer


© Académie André Delvaux | Droits réservés | Webdesign Messier111 | Administration
spacer spacer