ACTUALITÉS

Les Magritte du Cinéma
10e édition - 1er février 2020

19 novembre 2016 - 10:08:02

5 minutes avec Jean-Jacques Rausin

A l'occasion du Dîner des Talents Jaeger-LeCoultre, Jean-Jacques Rausin nous parle des Magritte, et de ses projets
Que représentent les Magritte pour vous?
L'occasion de mettre en avant notre cinéma belge francophone, de montrer des jeunes talents moins mis en avant le reste de l'année, et bien sûr, de fêter les autres corps de métier, moins souvent mis en valeur.

Votre moment Magritte préféré ?
J'ai remis le Magritte du court métrage une année où je jouais dans l'un des courts nommés, En attendant le dégel. J'aurais adoré remettre le prix à Sarah Hirtt, bien sûr, mais le prix est revenu à La Bûche de Noël de Vincent Patar et Stéphane Aubier, que j'ai eu la chance de rencontrer après. Mais je me souviens aussi à quel point c'est stressant de s'exposer devant toute la profession! On se dit qu'on a intérêt à faire bonne impression, parce qu'on a quand même pas mal d'employeurs potentiels devant nous !

image

Comment voyez-vous le cinéma belge ?
Ici, j'ai un peu l'impression qu'on travaille par familles, on avance par groupes, avec solidarité. J'essaie aussi de travailler en France, mais se retrouver avec des gens qu'on connaît, connaître une évolution parallèle avec les autres comédiens, les techniciens, ça a quelque chose de rassurant, un côté troupe que j'apprécie beaucoup. Le cinéma belge finalement, c'est plus une façon de faire du cinéma qu'un cinéma en tant que tel.

Quels sont vos projets ?
Au printemps, je débute le tournage de la deuxième saison d'Ennemi Public, qui m'a offert une magnifique visibilité au printemps dernier. Et puis je travaille aussi sur un nouveau projet de long métrage avec Xavier Seron, qui m'a offert un rôle magnifique cette année dans Je me tue à le dire.