ACTUALITÉS

Les Magritte du Cinéma
10e édition - 1er février 2020

08 janvier 2020 - 11:15:00

Magritte du Cinéma 2020: les nominations

La 9e édition était des plus ouvertes, la 10e ne le sera pas moins! Si Duelles et Le Jeune Ahmed dominent les nominations avec respectivement 10 et 9 citations, les outsiders ont fière allure, avec notamment Lola vers la mer qui engrange 7 nominations quand Nuestras Madres en compte 6.
Olivier Masset-Depasse et les frères Dardenne sont des habitués des Magritte du Cinéma. Lors de la toute première édition, le premier était d’ailleurs en lice dans pas moins de 8 catégories pour son précédent long métrage, Illégal. S’il n’avait pas remporté de statuette à titre personnel, ses actrices avaient quant à elles été récompensées, Anne Coesens du Prix de la Meilleure actrice, Christelle Cornil de celui de la Meilleure actrice dans un second rôle.

Il fait mieux encore cette année en terme de nominations, puisque Duelles est cité à 10 reprises, dans les catégories reines du Meilleur film et de la réalisation, mais aussi dans les catégories dites techniques, soulignant ainsi l’incroyable direction artistique imaginée par le cinéaste. Et que dire de ses deux héroïnes principales, toutes deux nominées pour leur rôle… On notera qu’il s’agit de la 9e nomination dans la catégorie Meilleur film pour Versus Production, prix déjà remporté à trois reprises par la société liégeoise!

Jean-Pierre et Luc Dardenne quant à eux connaissent les honneurs de la compétition pour la troisième fois, après Le Gamin au vélo en 2012 (8 nominations, et le Magritte du Meilleur espoir pour Thomas Doret) et Deux jours une nuit en 2015, lauréat de 3 prix: Meilleur film, Meilleure réalisation, et Meilleur acteur pour Fabrizio Rongione.

Lauréats cette année à Cannes du Prix de la mise en scène, ils reviennent donc avec Le Jeune Ahmed, qui empoche 9 nominations, dont 3 pour les frères, Meilleur film, Meilleure réalisation et Meilleur scénario. L’occasion d’une nouvelle nomination pour leur monteuse historique Marie-Hélène Dozo (nominée pour Le Gamin au vélo et Deux jours une nuit, primée en 2014 pour Kinshasa Kids), et de braquer les projecteurs sur l’incroyable casting du film, au premier rang duquel les deux jeunes révélations, Idir Ben Addi et Victoria Bluck, mais aussi les discrets mais impressionnants Myriem Akheddiou, Claire Bodson et Othmane Moumen.

Nominé dans les catégories Meilleur film, Meilleure réalisation et Meilleur scénario, on retrouve Lola vers la mer, le deuxième long métrage de Laurent Micheli (Even Lover Get the Blues était nominé en 2018 pour le Magritte du Meilleur premier film). Le film rassemble 4 autres nominations, notamment pour son héroïne, Mya Bollaers, dans la catégorie Meilleur espoir féminin, mais aussi pour ses décors, sa musique et son montage. C’est la troisième fois que Wrong Men est en lice dans la catégorie Meilleur film après Préjudice en 2016 et Parasol en 2017. On notera que la société est également nominée cette année pour le Meilleur court métrage de fiction avec Lucia en el limbo et pour le Meilleur film flamand avec Cleo d’Eva Cools!

Ce n’est certainement pas un hasard si l’on retrouve également en haut de l’affiche Nuestras Madres, premier film de César Díaz, qui a reçu en mai dernier la prestigieuse Caméra d’Or à Cannes… César Díaz concourt pour trois des principales catégories, Meilleur film, Meilleur premier film et Meilleure réalisation, et amène également une nomination à sa talentueuse et omniprésente chef opératrice Virginie Surdej (Magritte de la Meilleure image en 2018 pour Insyriated, qui a également signé cette année l’image de By the Name of Tania, retenu dans la catégorie Meilleur documentaire).

Enfin, l’invité surprise du quintet final est sans aucun doute Seule à mon mariage, premier long métrage énergique de Marta Bergman. Le film est logiquement nominé dans la section Meilleur premier film, mais aussi dans la catégorie Meilleur film ainsi que pour ses costumes, pensés par Claudine Tychon. Le film est produit par Frakas, qui est donc sélectionné pour la première fois dans la catégorie Meilleur Film, après avoir remporté celles du Meilleur film étranger en coproduction en 2018 avec Grave, et du Meilleur film flamand l’année dernière avec Girl. Frakas concourt également cette année dans les catégories Meilleur film étranger en coproduction avec Atlantique et Meilleur court métrage de fiction avec Bruxelles-Beyrouth!

Du côté des comédiennes, c’est le duel au sommet… Ou plutôt, le quatuor de choc! Face à face, on retrouve les deux héroïnes de Duelles d’Olivier Masset-Depasse. Deux mères bouleversées, deux femmes en prise à la folie, deux âmes en perdition. Anne Coesens avait reçu le tout premier Magritte de la Meilleure actrice en 2011 pour Illégal, déjà d’Olivier Masset-Depasse, puis était de nouveau été primée en 2016 pour Tous les chats sont gris. La même année, c’est Veerle Baetens justement qui remportait la statuette de la Meilleure actrice pour son rôle dans Un début prometteur. A leurs côtés, on retrouve une autre habituée de la Cérémonie, Lubna Azabal, fidèle au rendez-vous, déjà récompensée en 2012 pour Incendies, en 2015 pour La Marche, et l’année dernière pour Tueurs, nominée cette année pour Tel Aviv on Fire. Enfin pour compléter le quatuor, Cécile de France, incontournable, déjà nominée à 5 reprises, mais encore jamais primée, concourt cette année pour son rôle de femme qui surmonte son deuil en découvrant le chamanisme dans Un monde plus grand.

Enfin, chez les comédiens, la casting est des plus éclectiques, puisque l’on retrouve deux « novices » de la catégorie, Kevin Janssens, retenu pour son étonnante performance à contre-emploi dans De Patrick, et Marc Zinga, dense et intense dans La Miséricorde de la Jungle, qui confirme le Prix du Meilleur espoir reçu en 2015 pour Les Rayures du Zèbre. Face à eux, deux « poids lourds » de la compétition. D’un côté, Benoît Poelvoorde, dont c’est la 6e nomination (il a été primé en 2014 pour Une place sur la terre), en lice pour son rôle de vendeur de piscines dépressif accro à la natation synchronisée dans Le Grand Bain. De l’autre, Bouli Lanners, émouvant père déboussolé dans C’est ça l’amour. Il a déjà remporté de nombreux Magritte du Cinéma (Meilleur, film, Meilleure réalisation, Meilleur acteur dans un second rôle), mais jamais dans cette catégorie…

La totalité des nominations est à consulter ici.