ACTUALITÉS

Les Magritte du Cinéma
12e édition - février 2023

02 février 2022 - 13:57:49

Meilleure image 2022: les nominations

Le Magritte de la Meilleure image met cette année en lumière des histoires de fidélité, des duos artistiques forts qui font le corps et l’esprit des oeuvres en lice: Manu Dacosse et Fabrice du Welz, Ruben Impens et Julia Ducournau, Frédéric Noirhomme et Laura Wandel, autant de collaborations déjà remarquées par les Magritte du Cinéma, et qui s’imposent une fois de plus cette année.
C'est déjà la sixième fois que le chef opérateur Manu Dacosse est nominé aux Magritte du Cinéma dans cette catégorie. Chez le chef opérateur belge, la fidélité est un mot d’ordre. Il a ainsi concouru à trois reprises pour son travail auprès du duo de réalisateurs Hélène Cattet et Bruno Forzani, collaboration qui lui a d’ailleurs valu deux prix (en 2015 pour L’Etrange couleur des larmes de ton corps et en 2019 pour Laissez bronzer les cadavres). C’est la deuxième fois qu’il concourt auprès de Fabrice du Welz. Il a d’ailleurs remporté le Magritte de la Meilleure image en 2016 pour Alleluia, et est en lice cette année pour Adoration. Il est également de la prochaine aventure du cinéaste, puisqu’il signe l’image d’Inexorable qui sortira en avril prochain.

Il s’agit de la deuxième nomination de Ruben Impens aux Magritte du Cinéma, après celle obtenue en 2018 pour Grave. Il signe cette année l’image de Titane, toujours de Julia Ducournau, Palme d’Or à Cannes. Notons que Ruben Impens est également le chef opérateur attitré de Felix Van Groeningen. Il a d’ailleurs reçu un Ensor de la Meilleure image en 2013 pour The Broken Circle Breakdown, et a signé l’image du dernier film du réalisateur flamand, Le otto montagne, que l’on espère découvrir cette année. Notons enfin que Ruben Impens est également nominé aux César du cinéma français pour son travail sur Titane.

Il s’agit enfin de la deuxième nomination aux Magritte du Cinéma pour le chef opérateur belge Frédéric Noirhomme. Formé à l’Inraci, il navigue entre les genres. D’abord tourné vers le documentaire, il alterne ensuite entre cinéma d’auteur (Paul Sanchez est revenu de Patricia Mazuy, Weldi de Mohamed Ben Attia) et cinéma populaire (Premier de la classe de Stéphane Ben Lahcene, Docteur de Tristan Séguéla). En Belgique, il a notamment mis en lumière Une part d’ombre de Samuel Tilman ou Prejudice d’Antoine Cuypers, qui lui vaut sa 1ère nomination en 2016. Après avoir accompagné Laura Wandel sur Les Corps étrangers (nominé pour le Magritte du Meilleur court métrage), il la suit donc dans l’aventure du premier long avec Un monde. Notons qu’il signe également l’image de Petit Samedi de Paloma Sermon-Daï, nominé pour le Magritte du Meilleur documentaire.