ACTUALITÉS

Les Magritte du Cinéma
11e édition - 12 février 2022

10 février 2022 - 09:45:42

Meilleure actrice 2022: les nominations

La catégorie Meilleure actrice met cette année en lumière quatre comédiennes qui ont déjà eu l’occasion de briller aux Magritte du Cinéma, dans des registres très différents, mais qui se sont imposées cette année encore par l’audace et la sensibilité de leur jeu.
Dire que Lubna Azabal est une habituée des Magritte du Cinéma relève de l’euphémisme. Avec 6 nominations et 3 prix (Magritte de la Meilleure actrice en 2012 pour Incendies et en 2019 pour Tueurs, Magritte de la Meilleure actrice dans un second rôle en 2015 pour La Marche), elle a indéniablement marqué l’histoire de la Cérémonie. Elle est en lice cette année pour sa performance dans Adam, premier long métrage bouleversant de Maryam Touzani. Elle y interprète une femme qui élève seule sa fille, et dont la vie va être bouleversée quand elle croise le chemin d’une mère célibataire qu’elle va prendre sous son aile, dans un élan de sororité qui met à mal son statut social.

Découverte dans Somewhere between here and now d'Olivier Boonjing aux côtés d'Ariel Worthalter (également nominé cette année), Lucie Debay se révèle en 2016 dans Melody de Bernard Bellefroid, pour lequel elle obtient le Magritte du Meilleur espoir féminin. Elle était doublement nominée en 2018 dans la catégorie Meilleure actrice pour King of the Belgians de Peter Brosens et Jessica Woodworth et dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle pour La Confession de Nicolas Boukhrief. Et en 2019, elle remportait cette même catégorie pour Nos batailles de Guillaume Senez. Elle est nominée cette année pour son rôle de Noémie dans Une vie démente de Raphaël Balboni et Ann Sirot, où elle interprète la belle-fille soutenante et pleine de vie de Suzanne, interprétée par Jo Deseure, elle-même en lice face à Lucie Debay dans cette catégorie…

Jo Deseure, formée à l’INSAS, a beaucoup travaillé au théâtre avec de nombreux metteurs en scène belges : Michel Dezoteux, Marc Liebens, Patrick Bonté, Sybille Cornet, Armand Delcampe, Luc Fonteyn, Pascal Crochet, Guy Theunissen, Michel Kacenelenbogen, Jasmina Douieb, Thierry Debroux... Elle participe également à quelques courts métrages, mais c’est en 2016 que le monde du cinéma la remarque, alors qu’elle est l’héroïne du film de Géraldine Doignon, Un homme à la mer, ce qui lui vaut une nomination pour le Magritte de la Meilleure actrice. Elle est en compétition cette année pour Une vie démente, dans lequel elle interprète avec une fantaisie et un naturel désarmants Suzanne, une galeriste renommée, confrontée à une maladie neuro-dégénérative qui lui fait perdre toute inhibition.

En 2017, Virginie Efira, en état de grâce, était Victoria dans le film éponyme de Justine Triet, une performance qui lui valut un Magritte de la Meilleure actrice, et une nomination aux César. Elle a depuis enchaîné les rôles prestigieux, on l’a vue chez Anne Fontaine, Joachim Lafosse, Catherine Corsini, Gilles Lellouche, Paul Verhoeven, ou plus récemment dans En attendant Bojangles aux côtés de Romain Duris, qui cartonne actuellement en salle. Elle est nominé pour cette 11e édition des Magritte du Cinéma pour son rôle de Suze dans Adieu les cons d’Albert Dupontel, César du Meilleur film l’année dernière, comédie du désespoir, farce noire et cartoonesque dans laquelle elle démontre une fois de plus sa capacité à osciller entre rire et émotion.