ACTUALITÉS

Les Magritte du Cinéma
10e édition - 1er février 2020

14 janvier 2020 - 09:03:06

Meilleur film étranger en coproduction 2020: les nominations

De Venise à Cannes, les films repris cette année dans la catégorie Meilleur film étranger en coproduction ont parcouru les festivals les plus prestigieux avant de convaincre les membres de l’Académie.


Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, qui laisse derrière lui celle qu'il aime, Ada, promise à un autre homme. Quelques jours après le départ en mer des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage d’Ada et de mystérieuses fièvres s'emparent des filles du quartier. Issa, jeune policier, débute une enquête, loin de se douter que les esprits des noyés sont revenus. Atlantique, premier long métrage de la jeune réalisatrice française d’origine sénégalaise Mati Diop, a fait grand bruit lors du dernier Festival de Cannes où il a reçu le Grand Prix. Il est coproduit en Belgique par Frakas Productions, qui a déjà remporté le Magritte du Meilleur film étranger en coproduction en 2018 pour Grave, autre premier film d’une jeune réalisatrice française découvert à Cannes. Frakas Productions concourt également cette année dans les catégories Meilleur film, Meilleur premier film et Meilleur court métrage de fiction.



Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison. C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille… Avec Sorry we missed you, Les Films du Fleuve poursuivent leur collaboration au long cours avec Ken Loach. C’est d’ailleurs la 5e nomination dans cette catégorie pour les producteurs et cinéastes liégeois et le cinéaste anglais, qui se retrouvaient d’ailleurs en mai dernier sur les Croisette.



Les Films du Fleuve coproduisent également Les Frères Sisters de Jacques Audiard, avec qui ils poursuivent là aussi une fructueuse collaboration. Charlie et Eli Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d'innocents... Ils n'éprouvent aucun état d'âme à tuer. C'est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Eli, lui, ne rêve que d'une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l'Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ? Dévoilé en avant-première à la Mostra de Venise, Les Frères Sisters y a remporté le Lion d’argent de la meilleure réalisation. Le film vaut également une nomination dans la catégorie Meilleure image au chevronné chef opérateur belge Benoît Debie.



Avec Tel Aviv on Fire (également sélectionné à Venise), Sameh Zoabi emboîte le pas de Salam, 30 ans. Il vit à Jérusalem, mais il est Palestinien et stagiaire sur le tournage de la série arabe à succès "Tel Aviv on Fire !" Tous les matins, il traverse le même check-point pour aller travailler à Ramallah.  Un jour, Salam se fait arrêter par un officier israélien Assi, fan de la série, et pour s’en sortir, il prétend en être le scénariste. Pris à son propre piège, Salam va se voir imposer par Assi un nouveau scénario… Dans le rôle de la star de cette sitcom à l’eau de rose où se rejoue sous le mode de la farce le conflit israelo-palestinen, on retrouve la comédienne belge Lubna Azabal, déjà lauréate de trois Magritte du Cinéma, et qui concourt cette année dans la catégorie Meilleure actrice pour ce rôle. Le film est produit par Artémis Productions, qui concourt également à deux reprises dans la catégorie Meilleur premier film pour Cavale et Escapada.